fbpx
Développement personnel

Le burn-out, comment y échapper ?

Le burn-out, qui signifie littéralement “bruler à l’extérieur” est un épuisement, une saturation mentale. C’est une vraie maladie mentale qui ne doit pas être prise à la légère. C’est le sentiment de ne plus avoir prise sur rien du tout, que tout nous échappe. Et dans notre société d’aujourd’hui, où tout va très vite, où l’on est sans cesse sollicités, il est très fréquent que l’on se sente dépassé. Que ce soit émotionnellement, physiquement ou mentalement, nous nous demandons si nous n’allons pas finir par exploser.

Le burn-out est à prendre très au sérieux. Quand on en est atteint, il faut consulter pour être aidé. Mais encore faut-il déceler ce burn-out. A mon sens, c’est la meilleure direction pour aller vers la dépression. Et je sais que de nombreux lecteurs se demandent aujourd’hui s’ils ne sont pas en danger à cause de leur épuisement mental. Alors à ma petite échelle, je veux vous aider à vous renseigner, et à trouver des solutions pour régler ce problème du surmenage qui touche aujourd’hui un adulte sur deux. 

 

Le Burnout, qu’est-ce que c’est ? 

D’abord, demandons-nous ce qu’est exactement le burn-out. Depuis le début de notre siècle, on en parle de plus en plus. Entre nous, dans les médias, aux informations, nous sommes témoins de drames, de suicides, et autres violences causées par cette maladie mentale. Le burnout, selon la définition de l’OMS, serait une étape intermédiaire entre une fatigue liée au travail ou à la vie familiale, et la dépression.  

On compare souvent deux branches du burn-out en France : l’épuisement professionnel et le burn-out familial. Si ces deux épuisements mentaux, et souvent physiques, se créent dans deux sphères différentes de la vie, ils peuvent être tout aussi dangereux l’un que l’autre pour leur victime. On parlait déjà d’une fatigue mentale professionnelle dans les années 70. Mais c’était le cas de professions très demandées comme les médecins, les infirmiers, les pompiers ou les militaires. C’est le monde d’aujourd’hui qui a créé le burnout tel qu’on le connait. Maintenant tout le monde court un risque s’il n’est pas aidé ou s’il ne fait pas attention à être moins exigeant professionnellement ou familialement. Le monde d’aujourd’hui nous amène à être toujours trop sollicité, toujours trop demandé, toujours trop connecté.  

Des sociologues ont mis un mot sur ce qui se passe dans notre cerveau quant aux responsabilités qu’on nous incombe. C’est ce que l’on nomme aujourd’hui la “charge mentale”. Chaque chose dont l’on doit se souvenir, et que l’on garde en mémoire, chacune des choses auxquelles nous devons faire attention dans les domaines professionnels ou familial ajoute à cette charge mentale. Au moment où notre tolérance à cette charge mentale est dépassée, et il y a un craquage : c’est le burnout. 

 

Symptôme burnout : comment savoir si je ne vais pas bien ? 

Entre fatigue émotionnelle ou physique et Burn-out, la frontière peut sembler floue. Mais afin de savoir si vous êtes en danger mentalement, je vais vous dire quels sont les symptômes burnout auxquels il faut faire attention.  

Si vous êtes atteint de plusieurs de ces symptômes, la première chose à faire est d’aller consulter un professionnel de la santé. Un médecin généraliste d’abord, et ensuite pourquoi pas un psychologue. Ensembles, vous pourrez trouver des solutions durables pour vous stabiliser et être plus heureux. Si vous sentez que vous êtes déjà en burnout, et que c’est une urgence pour vous de trouver de l’aide, il y a des centres et des numéros qui sont mis à votre disposition.  

  • Professionnels de santé : l’association “Soins aux professionnels de santé” (SPS) vient de lancer une plateforme nationale d’appels interprofessionnelle, indépendante et tenue au secret médical. Elle est accessible 24h/24 en composant le numéro 08 05 23 23 36. 
  • Vous pensez au suicide et avez besoin d’être écouté : appelez Suicide Ecoute au 01 45 39 40 00. En cas d’urgence appelez le Samu (le 15), la Police (le 17) ou les pompiers (18). Des gens sont là pour vous aider.  

 Les symptômes sont : 

  • Une démotivation par rapport aux taches demandées 
  • Une irritabilité marquée, des colères, des pleurs fréquents 
  • Une attitude cynique et/ou un sentiment de frustration 
  • Le sentiment d’être incompétent 
  • Le goût de s’isoler 
  • Un sentiment d’échec 
  • Une baisse ou un manque de confiance en soit 
  • Anxiété, inquiétude, sentiment d’insécurité, etc. 
  • Fatigue physique persistante 
  • Douleurs, migraines localisées 
  • Problèmes digestifs 
  • Sommeil perturbé 
  • Perte ou gain de poids 

Un seul ou deux de ces symboles n’indiquent pas forcément que vous êtes bien en burn-out. Mais dans le doute, si vous réunissez un ou plusieurs de ces symptômes, prenez rendez-vous chez un professionnel de santé.  

 

L’Épuisement professionnel : comment y échapper ? 

Qu’est-ce-que le burn-out professionnel ? 

Le burn-out le plus connu reste celui qui touche au niveau professionnel. On l’appelle aussi “épuisement professionnel”. Il combine non seulement une fatigue physique et morale profonde mais aussi un désintérêt important pour l’activité professionnel.  

L’épuisement professionnel peut être encore plus dangereux lorsqu’il est lié à une dévalorisation voire à un harcèlement de la part d’un ou de plusieurs collègues ou supérieurs professionnels. Aux symptômes classiques de burn-out peuvent s’ajouter un sentiment d’échec ou d’incompétence. 

Les raisons premières d’un burn-out professionnel sont souvent liées à un fort stress créé par une surcharge de travail, une situation de harcèlement, ou la sensation de ne rien produire de constructif, de ne plus avancer. L’épuisement professionnel a été découvert dès les années 70 mais il n’est pas tout de suite pris en compte comme une réelle maladie mentale. Aujourd’hui, toutes les professions de santé savent comment réagir face à la détresse d’une personne en situation de burn-out 

Quelqu’un en détresse mentale au niveau professionnel va déployer énormément d’énergie pour accomplir son travail. De plus en plus frustré, il peut en venir à développer une phobie de son lieu de travail. Mais ce n’est pas un mal que mental. À cause de son malaise psychologique, des tensions et des symptômes physiques apparaissent ou sont aggravés s’ils existaient déjà. Plutôt que de traiter les symptômes, il vaut toujours mieux repérer le malaise et en prévenir les risques.  

Quelles solutions ? 

Cela passe parfois par une aide de la part de nos proches. Le plus souvent, ce sont les professionnels de santé qui ont des solutions appropriées à nous proposer. Le poste de travail peut être réaménagé, votre charge de travail revisitée. Mais c’est aussi votre approche de votre environnement professionnel qui doit changer. D’autres fois, le burn-out nécessite de changer complètement d’entreprise ou de milieu professionnel. Ce n’est pas une fin en soi, plutôt un nouveau départ. 

 

Le Burnout parental : le mal du siècle 

Pour certaines personnes, se réfugier et trouver du réconfort dans la sphère familiale. Car pour certains, c’est devoir s’occuper de sa famille qui les mènent au burn-out. C’est ce qu’on appelle le burn-out parental. La charge mentale n’est pas dépassée cette fois-ci par les responsabilités de notre emploi mais plutôt par toutes les choses que le rôle de parent demande. Souvent, c’est la présence de trois symptômes qui mènent les parents au burn-out :  

  • Un épuisement physique et psychique du au rôle de parent,  
  • Une distance affective avec les enfants,  
  • Une sensation de perte d’épanouissement ou d’efficacité dans son rôle de parent. 

Ce burn-out a été découvert plus tardivement que l’épuisement professionnel. Ce n’est qu’en 1983 qu’on en entend pour la première fois parler. C’est un phénomène qui va de pair avec les mouvements féministes du XXe et du XXIe siècles. Les langues se délient et les mères (le plus souvent mais pas que) à qui l’on attribuait toute la charge mentale du foyer, avouent se sentir débordées, parfois jusqu’à la dépression. Dans les années 80, il ne s’agissait que de témoignages. Mais dans les années 2000 et jusqu’en 2017, des études scientifiques sont lancées sur le sujet. Ces études prouvent la différence entre un burn-out professionnel et un burn-out parental prenant comme sujets autant des parents travaillant que des parents de travaillant pas. Tous présentaient les mêmes symptômes d’un burn-out élevé, mais pas toujours pour les mêmes raisons. 

Comment savoir si je suis bien victime d’un burn-out parental ? 

De la même façon que l’épuisement professionnel, médecins et psychologues sont formés à vous aider. Et depuis 2018, avec les avancées sociologiques et psychologiques sur la charge mentale et la compréhension du burn-out, il est désormais possible de mesurer le burn-out parental. Des scientifiques (RoskamBrianda, & Mikolajczak) sont les créateurs d’un test, le PBI, qui calcule le degré d’épuisement et de la sensation de perte d’efficacité. L’année dernière, ils ont revalorisé ce test. Désormais, il analyse les symptômes les plus courants du burn-out professionnel soit : l’épuisement, le contraste émotif, la perte d’épanouissement et de plaisir à élever ses enfants. Mais il analyse aussi ce qu’on appelle la distanciation émotionnelle : le fait de ne plus de sentir proche de son enfant. 

Le burn-out parental peut être sous certains angles plus important que l’épuisement professionnel. Non seulement il va détériorer l’état mental et physique du parent, mais aussi celui des enfants. De plus, cette maladie peut être la cause de la détérioration des rapports conjugaux. Il faut donc dès aujourd’hui le considérer comme une maladie importante qu’il faut soigner et prévenir. Si vous êtes dans la détresse, n’hésitez surtout pas à consulter des professionnels. Même si vous vous dites que ce n’est pas si grave, ça pourrait le devenir ! Pensez à vous, et faites-vous aider pour trouver des solutions efficaces et durables.  

Pour être heureux, dites adieu au surmenage et pensez à votre bien-être. Avez-vous déjà essayé la méditation ? Je vous renvoie pour finir à mes quelques modestes conseils pour se sentir mieux : cliquez ici.

À Bientôt !  

 

Ethan.