fbpx
Développement personnel

Le pardon

Le pardon est le fait de pardonner une faute, de ne pas en tenir rigueur à quelqu’un et d’accepter sa rémission. C’est tenir une offense ou une erreur pour nulle, on décide de ne pas se venger, de ne plus punir le responsable. C’est une décision souvent dure à prendre mais qui fait de nous une personne meilleure. Le pardon est très important au niveau religieux comme spirituel. Mais vous allez voir qu’il vous fait aussi du bien au niveau psychologique et social par exemple. Le pardon, c’est comprendre que vous ne changerez pas votre passé, mais que vous pouvez changer votre futur.  

 

Qu’est-ce que le pardon ? 

Le pardon est avant tout une grande question théologique. Il est accepté de nos jours comme étant un acte de bienveillance et de maturité. Mais il a longtemps été le propre des personnages religieux ou des philosophes. Face à la vengeance, premier réflexe de l’humain, de nombreuses institutions ont tenté de réfréner nos pulsions violentes. C’est le cas de la justice qui décide de comment punir ou laisser une seconde chance aux criminels et à ceux qui font des erreurs. Mais au niveau personnel, le pardon se passe dans la tête et dans le cœur. Il est très dur d’effacer la rancœur ou le besoin de vengeance de l’esprit de quelqu’un.  

Pour ce qui est de cette aide personnelle, avant l’avènement de la psychologie, de la philosophie et des autres sciences humaines, c’était la religion qui s’occupait d’accompagner chaque personne individuellement. En France il s’agit de la religion catholique, et il est reconnu que, pour la religion chrétienne, la question du pardon est primordiale.  

Aujourd’hui, que l’on soit croyant ou non, on se demande constamment comme réussir à pardonner. Mais lorsque l’on fait une faute, le plus important pour nous est aussi de rattraper nos erreurs afin d’être pardonné. Le pardon est la paix de l’âme, c’est ce qui permet, si ce n’est de tirer une croix, au moins d’accepter son passé. Mais c’est ce qui permet surtout d’avancer dans l’avenir. C’est pourquoi lorsqu’on travaille en lien avec l’Invisible, que ce soit dans le métier de voyant ou de médium, la question du pardon revient constamment lors des consultations. Faisons un petit tour des conceptions du pardon et de comment je peux le définir dans ma profession. 

 

Le pardon dans la Bible 

Nous allons voir en quoi le pardon est important dans la foi. C’est ce qui rend humain, ce qui permet de dépasser ses émotions. Au tout départ, le Pardon, avec une majuscule, est l’oeuvre de Dieu. Dieu est le seul à pouvoir écarter un châtiment pour le péché. Il est le seul juge de l’humanité. Son pardon est exprimé par la médiation d’un élu (le messie, le pape, ou du point de vue individuel par le prêtre) ou par une manifestation divine. Le pardon dans la Bible est la plus belle expression du sentiment d’amour chez l’homme. Pour un croyant, pardonner son prochain, c’est faire preuve d’amour. Pardonner c’est effacer les mauvais sentiments à l’égard de ceux qui nous ont offensés.  

Le pardon du Christ 

Ainsi, le pardon est la preuve d’une grande bienveillance spirituelle, d’une foi inébranlable et d’un lien fort avec Dieu. C’est pourquoi le Christ, Jésus, était capable de pardonner les péchés des hommes. Qui se repend mérite le pardon et mérite d’avoir une seconde chance. Jésus recommande ainsi à Pierre de pardonner tous les péchés à celui qui se repent. D’ailleurs, le pardon fait partir de la prière Notre Père : “Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés”. Le péché est le propre de l’homme, et le pardon est-ce qui lui permet d’échapper à sa condition de mortel afin de s’élever à sa mort au Paradis. 

C’est pourquoi, dans la pratique, le baptême est si important. Il permet de pardonner aux enfants, et à ceux qui le désir, le péché originel. C’est à dire le premier péché accroché à nous dès notre naissance. Le Christ à sa résurrection a envoyé ses apôtres annoncer à tous qu’en son nom les péchés seraient pardonnés et que l’accès au Paradis serait ouvert à l’humanité. C’est pourquoi les péchés sont pardonnés par le sang du Christ et l’action du Saint –Esprit. Le pardon dans la Bible est universel et presque tous les péchés peuvent être pardonnés, à part le blasphème contre l’Esprit Saint que Dieu ne pardonne pas. Aujourd’hui, pour trouver le pardon chrétien, il faut aller voir un prêtre, intermédiaire de la parole du Christ et de Dieu.  

 

Comment pardonner ceux qui nous ont blessé ? 

Changeons de point de vue. En psychologie, il existe 7 étapes pour parvenir au pardon. Si vous vous demandiez comment pardonner, ce sera peut-être là votre solution ?  Le pardon est parfois vu comme un acte de courage mais aussi au contraire comme un acte de faiblesse. Peu importe comment vous le voyez, vous savez que pardonner vous fera du bien et soulagera votre esprit. 

Sortir de la souffrance 

La première chose à faire est donc de décider de ne plus souffrir, de dire stop à la douleur. Bien sûr, si vous ne trouvez pas le moyen d’arrêter l’offense, d’arrêter d’être une victime, alors comment pardonner ? Il faut trouver le moyen de sortir de la violence subie. Une rupture, conduire la personne en justice, parler … les moyens d’y arriver sont divers et variés et dépendent de chaque situation et de chaque histoire. Quand justice est rendue, il est plus facile de pardonner. L’éloignement et la parole sont les deux premiers éléments qui peuvent vous permettre de sortir d’un cercle vicieux. 

Accepter la douleur 

Ensuite, il ne faut pas oublier. On n’efface pas le passé, et pardonner, ce n’est pas oublier. Lorsque l’on nous a fait souffrir, bien qu’il serait facile de fermer les yeux, il faut apprendre à accepter l’existence de cette douleur. Faire face à son offense, c’est la deuxième étape vers le pardon. 

Exprimer sa colère 

Aussi surprenant que cela soit, il faut à un moment, accepter d’exprimer sa colère. Avant de pardonner, l’émotion qui nous vient par réflexe est la rancœur. Nous en voulons à notre bourreau, parfois nous le détestons. La colère, c’est la façon que choisit souvent la douleur pour sortir. Il faut donc dans un troisième temps laisser sortir notre colère.  

Vous n’êtes pas coupable 

Comment pardonner quelqu’un alors que vous ne pouvez même pas pardonner quelqu’un qui n’est pas coupable : vous ?  Le premier réflexe de la victime est paradoxalement de se sentir responsable de ce qui lui arrive. On cherche ce qu’on a mal fait, on se torture l’esprit. Mais il faut accepter que ce qui nous arrive n’est parfois pas dépendant de nos choix mais seulement des actions des autres. Avant de pardonner au bourreau, il faut se pardonner à soi d’être victime. Ce n’est pas de votre faute ! 

Se mettre dans la peau du bourreau 

Certes, jusqu’ici, la haine et la colère vous ont sauvé de la dépression. Mais en sixième étape, il est temps de comprendre et de vous mettre à la place de votre bourreau. Ou tout du moins faut-il essayer. Il faut tenter de trouver un sens à cet acte ou cette parole qui nous a blessé. Comprendre son bourreau ce n’est pas l’excuser, c’est reconnaitre ses faiblesses.  

Prendre son temps 

Avant dernière étape du pardon : accepter que ça ne se fasse pas tout seul. On ne vous demande pas de passer l’éponge ou d’oublier. Le pardon prend du temps à s’établir. D’ailleurs ce n’est pas vraiment un choix, il vient comme de lui-même, et traduit que votre cœur et votre blessure commencent à s’apaiser. Prendre son temps, c’est la meilleure façon de trouver comment pardonner. 

Décider de son avenir 

Au final, la limite entre le pardon et la rancœur n’est pas toujours visible. Le pardon se fait petit à petit et on est sûr qu’il est bien présent seulement lorsque toute colère et tout sentiment négatif a disparu. La meilleure façon d’accélérer ce pardon est alors de reprendre en main sa vie, de décider de ce qu’on désire à l’avenir, de se battre pour l’avoir. 

 

Se faire pardonner : mode d’emploi 

De même que pour pardonner, il pourrait presque exister des commandements pour se faire pardonner. La première chose est de se mettre en tête que cela peut prendre du temps. Parfois même beaucoup de temps. Car tout ce que l’on peut faire c’est aider le pardon, l’accélérer, mais jamais forcer la cadence.  

Si vous avez blessé quelqu’un, par des actes ou des paroles, il faut déjà comprendre ce qui l’a blessé pour se faire pardonner. Si la personne est totalement fermée au pardon comme à la parole, parlez-en avec d’autres personnes, des proches, des amis à qui il ou elle aurait pu se confier. Ensuite, ne minimisez pas vos torts. Comprenez que vous avez fait une erreur, et que la personne attend que vous en compreniez l’ampleur et en acceptiez toutes les conditions.  

Une fois que vous avez compris vos fautes, avouez-les oralement, et surtout, excusez-vous. Et enfin, laissez du temps et soyez irréprochable. Comment pourriez-vous demander le pardon si vous recommenciez la faute encore et encore ? Mieux encore, cherchez et trouver des solutions à apporter à la personne à qui vous avez fait du tort. Et acceptez que ces solutions puissent vous en faire en retour. Si vous n’aviez pas fait d’erreur au départ, vous n’auriez pas eu à assumer. 

 

 Le pardon et l’Invisible 

Le pardon a un peu un côté mystique. On y trouve des origines spirituelles, notamment dans la Bible. On tente de l’expliquer, de trouver des méthodes pour l’obtenir ou le donner. Mais au final, on ne le comprend jamais tout à fait. Ce qu’on sait du pardon, c’est qu’il nous apaise, nous aide à avancer. Je suis persuadé que dans ces moments extrêmement difficiles, nos guides nous aident à pardonner ou à rattraper nos fautes. Ce qui est de l’Autre-côté parvient à cette plénitude que représente le pardon. Lorsque vous venez me voir pour un contact et que vous cherchez le pardon, vos proches sont prêts à passer le pas. Lorsque vous cherchez quand vous pourrez être pardonnés à l’avenir, la réponse est toujours positive, du moment que vous acceptez qu’il faille du temps. C’est la beauté de notre monde, peu importe les difficultés, nous parvenons toujours au pardon et au bonheur en fin de compte.