fbpx
Mon Journal personnel

Notre Dame : Toute une histoire

Ces derniers jours, un terrible accident s’est produit. Il émeut, il surprend et il se retrouve au cœur de nombreuses polémiques. Il, c’est elle, Notre Dame, notre belle Dame de Paris. Un chef d’oeuvre d’architecture mais aussi de symboles autant pour les croyants que pour les non croyants. Notre Dame de Paris c’est un patrimoine, c’est la France. Et elle a été touchée, mais elle n’est pas tombée. Alors évidemment, pour moi et pour tant d’autres pour qui la cathédrale Notre Dame compte tant, il fallait que j’en parle. Il fallait s’exprimer. D’abord lui rendre hommage dans les réseaux sociaux, lui envoyer nos pensées. Mais aussi immortaliser cette dure période, pourquoi pas dans un article ? Celui-ci expliquera non seulement pourquoi c’est un bâtiment qui compte dans notre patrimoine, mais aussi pourquoi il est si fort en spiritualité. Ma grande Dame, je te dédie ces quelques lignes. 

 

Notre Dame de Paris : Un symbole de la France 

La cathédrale Notre-Dame de Paris, aussi souvent appelée Notre-Dame, est l’un des bâtiments les plus important de France. Important car elle compte aux yeux de nombreux habitants, mais aussi important car elle est un symbole qui représente notre pays à l’étranger, au même titre que la Tour Eiffel par exemple. Comme son nom l’indique elle est dédiée à la Vierge Marie et est un lieu religieux. Certes. Mais c’est aussi un emblème de Paris et de l’esprit à la française.  

C’est pourquoi c’est un lieu qui fait l’objet de nombreux récits réels et fictifs. Le plus connu d’entre-deux, et qui a rappelé au monde entier l’importance de ce lieu, c’est bien sûr le roman de Victor Hugo. Notre Dame de Paris en tant qu’œuvre n’est pas seulement un livre, mais aussi des films, une comédie musicale, un souvenir commun. 

Et puis c’est l’un des lieux les plus touristiques au monde : 13 à 14 millions de visiteurs par an. Ce qui en fait le monument le plus visité en France Et en Europe. On la chérie, on la rénove, on en prend soin. Elle représente beaucoup, tant économiquement, spirituellement, symboliquement. C’est la France tout entière qui est représentée par cet édifice. C’est aussi un lieu d’histoire, qui a vu passer la plupart des rois de France et qui a vu passer monarchies, républiques et révolutions. 

Elle est reconnaissable à ces deux grandes tours qui s’élèvent sur la façade ouest, à ses statues, ses arcs-boutants, ses gargouilles, sa Rosace majestueuse à l’ouest. Elle est majestueuse, belle tout simplement. Et elle fait rêver le monde entier. C’est un beau symbole Notre Dame de Paris, un symbole de la France. 

 

Origine et construction Notre Dame de Paris 

Origine et création 

Parlons un peu de la construction Notre Dame de ParisNotre-Dame de Paris, c’est aussi la construction d’un bâtiment qui commence il y a bien des siècles. C’est l’évêque Maurice de Sully qui demande sa création en 1163, mais elle ne sera finie que deux siècles plus tard. Le lieu de la création de la Cathédrale n’est pas vide de sens. Il est probable qu’au même endroit, pendant l’Antiquité il y ait eu un temple gallo-romain dédiée à Zeus (Jupiter). Il aurait été remplacé par une basilique au début de l’ère chrétienne. Puis les constructions s’enchainent les unes aux autres, église, basilique, cathédrale, toutes détruites les unes après les autres à la suite de guerre ou d’incendies. Mais ce qui pousse surtout l’évêque de Sully à construire le magnifique édifice que l’on connait aujourd’hui, c’est que le leu de culte était trop petit pour accueillir la population parisienne. 

Construction et rénovations 

De 1163 à 1250, quatre campagnes d’édification se succèdent. On construit la cathédrale Notre-Dame sur les bases d’une cathédrale romaine qui est détruite. Ses pierres sont utilisées pour les fondations du nouveau lieu de culte. Le style roman est peu à peu remplacé par un style gothique, du goût de l’époque. Et de 1250 à la première moitié du 14e siècle, on continue d’apporter à la construction arcs-boutants, et chœur gothique. Au fil des siècles, les styles artistiques se succèdent et les périodes historiques aussi. Entre rénovations et aménagement : la cathédrale subit les vandalismes de la Révolution, elle retrouve un certain succès avec l’œuvre de Hugo. On y installe l’eau courante, l’électricité.  

La Commune de 1871 faillit être la fin de l’édifice. Des émeutes y mirent le feu mais l’incendie, tout de suite maitrisé, ne causa pas de grands dégâts. Elle échappa aussi miraculeusement aux désastres des deux guerres mondiales. Et en 1965, le peintre-verrier Jacques Le Chevallier rénova les vitraux pour les faire revenir à leur couleur d’antan. Dans les années 1990, on réussit à redonner à la pierre sa blancheur d’origine, perdue au fil des siècles. À l’occasion du 850e anniversaire de la cathédrale, de grands travaux de réhabilitation et rénovation sont lancés. Tout au long du 21e siècle, les dégâts liés au temps, à la pollution demandent consolidation, et de nouveau travaux.  

La cathédrale Notre-Dame de Paris est en fait un chef d’œuvre construit et reconstruit au fil des siècles grâce à la passion qu’elle a produit dans le cœur des français. 

 

Les Reliques de la Passion 

Avant d’être un patrimoine culturel, cet édifice est surtout un lieu spirituel et religieux. C’est une Eglise paroissiale au Moyen-âge, puis elle accueille l’arrivée de la Sainte couronne en 1239. Elle sera aussi au cœur de nombreux évènements reliant histoire et religion, comme le sacre de Napoléon Ier en 1804.  

Ce qui fait la particularité de Notre Dame, c’est que c’est un lieu où sont conservées des reliques très précieuses qu’on appelle reliques de la passion. Mais c’est aussi un lieu qui abrite des trésors de l’Eglise. On sait par exemple qu’au cours des 14e à 18e siècles, la cathédrale était utilisée comme réserve monétaire en cas de besoin. Mais ce trésor est pillé et c’est à partir du sacre de Napoléon que l’on reconstitue la richesse de Notre Dame en réunissant de nombreuses reliques.  

En 1830, on remet à l’archevêché de Paris des reliques de la Sainte-Chapelle, puis il est enrichi des dons et commandes du Chapitre. Aujourd’hui le trésor de Notre Dame de Paris est exposé dans la Sacristie du Chapitre. On y expose des reliquaires de la Sainte Couronne d’Epines, un fragment de la Crois du Christ et un clou de cette dernière. Mais de nombreux autres trésors monétaires et religieux seraient aussi gardés secrètement dans les murs de la cathédrale. Ils participent à créer un mythe autours de ce lieu et à le rendre d’autant plus majestueux et sacré. 

Parce qu’elle contient des reliques d’une extrême importance pour la religion chrétienne et parce qu’elle est épaulée par l’Eglise, la cathédrale est donc un grand lieu de rassemblement et de culte. Les reliques de la passion doivent être aperçues au moins une fois dans la vie du croyant qui viendra en pèlerinage retrouver une partie des origines de la création biblique. 

 

Notre Dame : l’Incendie catastrophe 

Aujourd’hui, nous avons à cœur tous ces symboles, ce sacré, cette dimension historique de Notre Dame. Mais nous nous inquiétons surtout de cette catastrophe arrivée à Notre Dame : l’incendie du 15 avril 2019. C’est une catastrophe certes, certains parlent de châtiment ou de signe divin. Moi je crois que c’est surtout un accident. Une malheureuse catastrophe, un choc. 

Mais au cœur de cette semaine sainte précédant Pâques, certains peuvent le voir comme une épreuve, et même plus un espoir. Car c’est de l’espoir qu’il faut avoir aujourd’hui. L’espoir d’une reconstruction, comme il y en a eu tant d’autres. Le clocher et la toiture de la cathédrale recouvrant la nef, le chœur et le transept sont tombés. C’est arrivé au beau milieu d’importants travaux de rénovations. Et ça donne la place à de nouveaux travaux qui devraient être contenus en 5 ans. Alors je vous invite à garder espoir. 

Il existe aujourd’hui de formidables techniques qui permettrons de reconstruire une cathédrale d’autant plus belle et merveilleuse qu’elle sera toute neuve. Si Pâques est un symbole de résurrection de renouveau printanier, alors cet incendie doit passer dans les esprits de catastrophe à espoir. Aujourd’hui Notre Dame tient debout, demain elle s’avancera d’une nouvelle jeunesse. Evidemment nous devrons nous souvenir de ce 15 avril où nous avons tous eu peur et connu de la tristesse. Mais il ne faut pas oublier qu’il n’y a eu ni mort, ni blessés lors de cet incendie. Notamment parmi les courageux pompiers qui ont lutté pour préserver la cathédrale. Applaudissons-les et profitons aujourd’hui de cette lueur d’espoir qui continue toujours de briller dans la pénombre. Ce qui ressort de cet épisode pour Notre Dame, d’incendie c’est un formidable rassemblement pour un patrimoine qui nous est commun à tous. 

 

Notre Belle Dame 

Alors aujourd’hui, Notre Dame est encore-là, c’est une vieille Dame, parfois solide sur ses consolidations qui ont plus de 800 ans. Mais c’est une Dame encore majestueuse car portée par son peuple. Elle est portée par les croyants, par les français qui l’aiment car elle représente une culture commune. Mais elle est aussi portée par tous les hommes qui la rénovent, la consolident. Elle est protégée par ces hommes et femmes qui endiguent le feu. Et aujourd’hui, elle est portée par notre souvenir, par notre espoir et je suis persuadé qu’elle continuera à vivre encore longtemps comme ça. Peut-être changera-t-elle de visage, d’apparence, comme elle a déjà changé de nombreuses fois. Car c’est un témoin de notre passage dans le temps. C’est un visage de l’humanité. Alors soyons humain avec elle, et portons lui toujours hommage. 

 

Ethan.